Découvrez

Socle référent et hiérarchisation

L'AOC Languedoc, un socle de reference des aoc

L’appellation Languedoc a été reconnue par décret le 30 avril 2007 *. Issue de l’élargissement de l’appellation Coteaux du Languedoc (qui date de 1960), l’AOC Languedoc s’étend de la frontière espagnole jusqu’aux portes de Nîmes et couvre le vignoble de toutes les aires d’appellations contrôlées du Languedoc.

* Décret publié au JO du 3 mai 2007.

Cette appellation est un enjeu majeur de la dynamisation de la filière. Elle doit apporter une meilleure cohérence et une meilleure lisibilité de l’offre au consommateur. Elle doit également permettre à un négociant languedocien qui veut produire un vin d’appellation Languedoc de l’assembler en toute liberté avec des vins d’appellations qui composent l’aire de l’AOC Languedoc. Enfin, cette appellation joue un rôle incontournable dans l’organisation des appellations et des autres productions viticoles du Languedoc.

 

Quelles sont ses ambitions ?

Sur le plan économique, son dessein est d’être la première AOC d’un des plus grands vignobles du monde, qui s’étend de la frontière espagnole jusqu’aux portes de Nîmes. Véritable poumon économique de la production d’AOC du Languedoc-Roussillon, elle offre aux entreprises viticoles un dynamisme commercial.

Quant aux objectifs commerciaux, il s’agit, à moyen terme, de répondre à une évolution incontournable des marchés de coeur de gamme et de marques, qui représentent 90 % de la commercialisation mondiale du vin.

Du point de vue du marketing, cette AOC veut constituer à moyen terme une référence, tant en termes de notoriété que de qualité.

 

Une hiérarchisation en marche

Vers une organisation de type pyramidale

La reconnaissance de l’appellation Languedoc oblige les 36 AOC et dénominations du Languedoc-Roussillon à se repositionner par rapport à cette appellation de référence. L’ensemble du travail de hiérarchisation n’étant pas encore achevé aujourd’hui, le positionnement de ces 36 AOC et dénominations s’organise vers un schéma pyramidal, sachant que certaines ont fait à ce jour un travail plus avancé que d’autre dans la mise en évidence de leur spécificité, de leur notoriété et dans la reconnaissance de conditions de production restrictives.

Concrètement cette présentation aide à construire de la notoriété et à proposer une offre lisible dans une conjoncture économique difficile ou la concurrence internationale s’intensifie.